Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

PSAC has a long history of fighting for women’s rights. In 1980, 50,000 federal clerks took to the streets to demand fair wages – one of the largest strike actions ever launched in Canada. Three quarters of the participants were women. This strike helped build women leaders in our union and vaulted women’s issues to the top of PSAC’s agenda. Fair wages, protection from discrimination and sexual harassment and access to child care are issues that PSAC women members continue to fight for. Our union has also been front-and-centre in the political fight to protect women’s right to choose, stand up for LGBT rights and prevent crucial public services from being dismantled.

(Page 1) | 2 | 3 | 4 | newer

    0 0

    This year will mark the 10th anniversary of the Sisters in Spirit vigils.

    To commemorate this, vigils will be held across the country October 4th honouring the nearly 1200 murdered or missing Aboriginal women.

    No other event in Canada brings as many Aboriginal communities and Canadian citizens together to celebrate and support Aboriginal women and girls.

    PSAC stands in solidarity with the Sisters in Spirit and calls on all federal political parties to commit to holding an inquiry into missing and murdered Aboriginal women.

    To find out about events in your region, please go to the Native Women’s Association of Canada web site.

    Sujets: 

    Éditeur: 

    Embedded Image: 

    Sisters in Spirit commemorates 10 years of vigils
    Image Placement: 
    Top Banner

    0 0

    Le 4 octobre marque le 10ième anniversaire de la tenue des veilles « Sœurs par l’esprit », afin d’honorer la mémoire des quelque 1 200 femmes autochtones assassinées ou disparues.

    Aucun autre événement au Canada ne rassemble autant de communautés autochtones et de citoyennes et citoyens dans le but de rendre hommage et de soutenir les femmes autochtones.

    L’AFPC appuie cette initiative. Nous demandons à tous les partis politiques fédéraux de s’engager à tenir une enquête publique sur les femmes autochtones disparues et assassinées.

    Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de L’Association des femmes autochtones du Canada

    Sujets: 

    Éditeur: 

    Embedded Image: 

    Dixième veille pour nos « Sœurs par l’esprit »
    Image Placement: 
    Top Banner

    0 0

    The Speech from the Throne has outlined some major Liberal commitments that will require major investments in the public service.

    “While the Speech did not include any specific commitment to restoring federal public services, we will be looking to the government’s first budget to include the necessary resources to allow the public service to implement these commitments,”   said PSAC national president Robyn Benson.

    The Speech did outline some very positive commitments to:

    • strengthen Employment Insurance,
    • work with the provinces and territories to enhance the Canada Pension Plan,
    • reach a new Health Accord with the provinces and territories,
    • implement the recommendations of the Truth and Reconciliation Commission; and
    • pursue an enquiry into missing and murdered indigenous women and girls.

    “We are hopeful that the government’s plan to invest in social infrastructure will include putting in place a national child care program”, said Benson.

    The Speech did not include any reference to its election promise to rebuild labour relations at the federal level.

    As this new Parliament begins its work, PSAC will be holding the Liberal government accountable to act quickly on its commitments to uphold labour rights, including repealing Bills C-377 and C-525, as well as the offending provisions of Bills C-10, C-4 and C-59.

    Sujets: 


    0 0

    Avec les grandes priorités qui sont énoncées dans le Discours du Trône, le gouvernement libéral devra réinvestir massivement dans la fonction publique.

    « Le gouvernement ne s’est pas engagé comme tel à rétablir les services publics dans son Discours du Trône. Aussi surveillerons-nous de près le premier budget. Donnera-t-on aux fonctionnaires les ressources nécessaires pour réaliser les changements annoncés? », se demande Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC.

    Il y a toutefois de bien bonnes choses dans ce discours. En effet le gouvernement s’est engagé à :

    • Renforcer le régime d’assurance-emploi
    • Collaborer avec les provinces et les territoires pour améliorer le Régime de pensions du Canada
    • Négocier un nouvel accord sur la santé avec les provinces et les territoires
    • Mettre en œuvre les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada
    • Mener une enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

    « Nous espérons aussi qu’un programme national de services de garde d’enfants fasse partie du programme d’infrastructures sociales annoncé par les libéraux », ajoute Mme Benson.

    Malheureusement, le Discours ne prévoit rien pour le rétablissement des relations avec les syndicats fédéraux.

    Mais l’AFPC veillera au grain. Nous rappellerons aux libéraux qu’ils se sont engagés à protéger les droits des travailleurs, entre autres en abrogeant les lois C-377 et C‑525 ainsi que les dispositions antisyndicales des lois C-10, C-4 et C-59, et ce, dans les plus brefs délais.

    Sujets: 


    0 0

    The Public Service Alliance of Canada is pleased to see that the federal government is taking the issue of violence against Aboriginal women seriously by launching an inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls.

    “Our union is committed to supporting the government inquiry and to standing up for the rights of all Indigenous women in Canada,” said Robyn Benson, PSAC National President. 

    PSAC advocates for an inquiry  

    Our union's members and activists have spent more than a decade advocating and rallying for a serious investigation into the fact that more that more than 1,200 Indigenous women and girls have been murdered or gone missing since 1980.

    At PSAC’s most recent Triennial Convention, delegates voted unanimously to support a campaign to pressure the federal government to launch an inquiry and to support Indigenous women and girls.

    National Aboriginal Peoples’ Circle

    Members of PSAC’s National Aboriginal Peoples’ Circle were present at the Assembly of First Nations’ national council meeting today to hear the government’s announcement that it would be launching the inquiry.

    Kathie Ostrihon, an Ojibwe woman from Sarnia and a member of the Circle, emphasized the importance of consulting with and listening to the families of the missing women.

    “We are looking for our daughters, sisters, mothers, grandmothers, aunties and wives. No one knows better how this inquiry should be conducted than the families of these women. We've been asking for this inquiry for more than a decade,” said Ostrihon.

    “That more than 1,200 Indigenous women have been murdered or gone missing is a national tragedy that merits serious investigation. We need to work together to uncover the root causes of violence against Indigenous women and make it stop,” concluded Benson.

    Sujets: 

    Embedded Image: 

    PSAC members at a vigil for Missing and Murdered Aboriginal Women
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0

    L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) se réjouit d’apprendre que le nouveau gouvernement fédéral prend au sérieux la violence perpétrée contre les Autochtones et ouvre une enquête sur la disparition et l’assassinat de femmes et filles autochtones.

    « Notre syndicat appuie cette initiative et se porte à la défense de toutes les femmes autochtones du Canada », affirme Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC.

    Des pressions de l’AFPC

    Il y a déjà plus de dix ans que des militants et des membres de l’AFPC réclament une véritable enquête sur la disparition et l’assassinat de plus de 1 200 femmes et filles autochtones depuis 1980.

    Lors du dernier Congrès triennal de l’AFPC, les personnes déléguées ont décidé à l’unanimité d’exhorter le gouvernement fédéral à mener une enquête publique et à appuyer les filles et femmes autochtones.

    Cercle national des peuples autochtones de l’AFPC

    Les membres du Cercle national des peuples autochtones de l’AFPC se sont rendus aujourd’hui à la réunion du conseil national de l’Assemblée des Premières Nations pour entendre l’annonce du gouvernement.

    Kathie Ostrihon, Ojibwée de Sarnia membre du Cercle, a souligné l’importance de consulter et d’écouter les familles des femmes portées disparues.

    « Nous cherchons nos filles, nos sœurs, nos mères, nos grand-mères, nos tantes et nos femmes, affirme-t-elle. Personne ne sait mieux que nous par où commencer. Il y a plus de dix ans que nous demandons l’ouverture d’une enquête publique. »

    « La disparition et l’assassinat de plus de 1 200 femmes autochtones est une tragédie nationale qui mérite une véritable enquête. Nous devons collaborer pour remonter à l’origine de cette violence à l’encontre des femmes autochtones afin de l’enrayer », conclut Robyn Benson.

    Sujets: 

    Embedded Image: 

    Il y a déjà plus de dix ans que des membres de l’AFPC réclament une véritable enquête sur la disparition et l’assassinat de plus de 1 200 femmes et filles autochtones depuis 1980.
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0

    The impact of domestic violence against women doesn’t stop at home. It affects workers and their workplaces. This was the main message at a recent women’s forum focusing on the issue of domestic violence.

    “The evidence of a national survey conducted for the Canadian Labour Congress (CLC) shows us this is an important issue that affects our members,” said PSAC national president Robyn Benson during the forum. 

    “Unions and employers have a responsibility to victims of domestic violence. That is why we organized the forum, the first union to do so.”

    Participants and speakers spoke of the need to start the crucial work of making workplaces safer.

    Alarming statistics

    robyn BensonThis is an important issue that needs to be tackled head on.  More than one out three working women have experienced domestic violence in their lifetime (37.6%). Seven per cent are currently victims of violence. Of the more than 100,000 women who are PSAC members, at least 7,000 go to work every day and are in abusive relationships.

    Victims of domestic violence impacted at work

    There is clear evidence that domestic violence follows its victims to work. The CLC survey confirmed that victims can:

    • be disciplined for lateness, absenteeism and poor work performance that is a result of the abuse
    • lose their jobs and financial independence
    • continue to be abused and threatened by email, phone calls and stalking at work
    • suffer from isolation because co-workers don’t understand what is happening

    To raise awareness and provide tools, the CLC has recently launched an online resource centre on domestic violence at work.

    Connecting women from across the country

    The forum was a high-level information and discussion session designed to foster dialogue and Brainstorm sessionexchange ideas between members, elected officials and staff. Women from across the country participated.

    The discussion was enhanced by presentations from women unionists, academics, representatives from transition houses and support services, the Native Women’s Association of Canada and the Disabled Women’s Network.

    Participants brainstorm ideas for concrete action

    • take the issue to the bargaining table
    • address the issue through law reforms, mobilizing and political action 
    • foster an “intersectional” approach to the issue taking into account women who are Indigenous, living with a disability, immigrant and refugees, lesbians and transgender.
    • include the topic in the regional and national women’s conferences
    • develop educational tools
    • promote and strengthen collaboration with women’s organizations and community partners

    Participants listening to panelistsTestimonial from Maria Fitzpatrick

    Forum guest speaker Maria Fitzpatrick touched the forum participants with frank talk of her experience as a victim of domestic violence.

    Fitzpatrick is a former PSAC national capital region regional executive vice-president. She moved back to Alberta and was elected as an NDP member of the legislative assembly in the 2015 provincial election

    “Three times I left with my kids. Twice I went to shelters. Twice I was forced to return or live on the street. Both times I returned and the violence got worse and the threats, which he could have carried out at any time, became more frequent and more intimidating. Broken bones, black eyes, sexual assault and two miscarriages as a result of this abuse were only some of the physical atrocities I had to endure.Maria Fitzpatrick

     “If you see someone at work and your gut tells you something is wrong, you need to do something. “If you see some of the signs, like excess make-up or clothing covering up bruises, let the person know you’re there for them and you can help them get a plan together to get out and get out alive.

    “Workplaces need a plan to support victims of domestic violence so they can be safe and move on with their lives. Management doesn’t always do what they should so we need to take a stand.”

    “Violence is used to intimidate and bully us so that we won’t say anything or do anything. We have to stop this. All of us have to take some responsibility.”

    PSAC will review the input from the forum and develop a strategy in early 2016.   

    Sujets: 

    Flickr tags: 

    Embedded Image: 

    Working together on domestic abuse issues
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0

    La violence conjugale dépasse les murs de la maison et s’immisce jusque dans les lieux de travail. C’est ce qui est ressorti du Forum sur la violence conjugale tenu récemment.

    « Selon une enquête réalisée à l’échelle nationale pour le Congrès du travail du Canada, la violence conjugale est un problème important pour nos membres », a déclaré Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC, lors du forum. 

    « Les syndicats et les employeurs ont des responsabilités envers les victimes de violence conjugale. Et c’est pour cette raison que nous avons organisé ce forum. Nous sommes d’ailleurs le premier syndicat à le faire.

    À la fin du forum, les déléguées et les conférencières se sont entendues sur un point : il faut entreprendre les importants travaux qui permettront de rendre les milieux de travail plus sécuritaires.

    Des statistiques alarmante

    robyn BensonLa violence conjugale est un fléau qu’il faut combattre sans relâche. Plus du tiers des travailleuses canadiennes (37,6 %) ont été victimes de violence conjugale et 7 % le sont actuellement. Cela signifie que sur les 100 000 femmes membres de l’AFPC, au moins 7 000 d’entre elles vont travailler en laissant derrière elles un conjoint violent.

    Quand la violence conjugale vous suit au travail

    La violence conjugale ne s’arrête pas au seuil de la porte du domicile familial. L’enquête du CTC a révélé que les victimes peuvent :

    • faire l’objet de mesures disciplinaires en raison des retards, des absences ou du mauvais rendement qu’entraîne leur situation;
    • perdre leur emploi et leur indépendance financière;
    • continuer de se faire agresser ou menacer, par courriel ou par téléphone, ou même traquer par le harceleur.
    • se sentir isolées de leurs collègues, qui ne comprennent pas ce qui se passe.

    Pour conscientiser les gens à cet enjeu et offrir des outils, le CTC a mis en ligne récemment un Centre de ressources sur la violence conjugale. 

    Créer des liens entre les femmes

    Le Forum était un lieu de discussions et d’échanges entre les membres, les dirigeantes élues et le personnel. Des femmes de partout au pays y ont participé.

    Également au programme, des exposés faits par des militantes syndicales, des universitaires, des représentantes de maisons de transition et de services d’aide ainsi que des membres de l’Association des femmes autochtones du Canada et du Réseau d’action des femmes handicapées. 

    Brainstorm session

    Les participantes veulent des actions concrètes

    • Il faut parler de cette problématique à la table de négociation.
    • Il faut combattre ce fléau par des réformes législatives, la mobilisation et l’action politique.
    • Il faut tenir compte du vécu des femmes autochtones, de celles ayant un handicap, des immigrantes, des lesbiennes et des transgenres.
    • Il faut ajouter cette question aux programmes des conférences régionales et nationales des femmes.
    • Il faut concevoir des outils de sensibilisation.
    • Il faut collaborer davantage avec des groupes de femmes et d’autres partenaires communautaires. 

    Participants listening to panelistsTémoignage de Maria Fitzpatrick 

    Maria Fitzpatrick, conférencière au Forum, a ému les participantes en racontant sans détour son passé de victime de violence conjugale (anglais seulement).

    Ancienne vice-présidente exécutive régionale de l’AFPC pour la région de la capitale nationale, elle siège maintenant à l’Assemblée législative de l’Alberta comme députée néodémocrate.

    « J’ai quitté la maison trois fois avec mes enfants. Je suis allée dans un refuge deux fois. On ne peut pas y rester longtemps, alors j’avais le choix : retourner à la maison ou vivre dans la rue. À la maison, la violence augmentait. Les menaces, qu’il aurait pu exécuter à tout moment, étaient plus fréquentes et plus intimidantes. Des os brisés, des yeux au beurre noir, des agressions sexuelles et deux fausses couches : ce ne sont que quelques-unes des atrocités physiques que j’ai subies.

    « Si, en voyant quelqu’un au travail, vous sentez que quelque chose ne tourne pas rond, vous devez agir. Si la personne tente de camoufler des bleus avec du maquillage ou des manches longues, offrez-lui votre appui. Dites-lui que vous pouvez l’aider à s’en sortir, et à s’en sortir vivante. Maria Fitzpatrick

    « Les employeurs doivent adopter des plans qui aideront les victimes de violence conjugale à se sentir en sécurité et à refaire leur vie. Mais, comme ils ne font pas toujours ce qu’ils devraient faire, c’est à nous de prendre position.

    « La violence sert à intimider, à nous empêcher de parler ou d’agir. Il faut que ça arrête. Nous devons tous et toutes prendre nos responsabilités. »

    Au début de 2016, l’AFPC étudiera les conclusions du Forum et mettra au point une stratégie.

    Sujets: 

    Embedded Image: 

    Working together on domestic abuse issues
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0
  • 03/04/16--13:18: International Women’s Day
  • International Women’s Day

    4 Mars

    Safety and respect for all women

    Celebrating our victories and continuing the fight for equality


    0 0

    Journée internationale des femmes

    4 Mars

    Sécurité et respect pour toutes les femmes

    Célébronsnos victoires et poursuivons le combat pour l’égalité


    0 0

    Robyn Benson, PSAC National President is urging the Liberal government to make proactive pay equity legislation a reality without further delay.

    “Over 10 years ago, a federal pay equity task force produced a concrete set of recommendations to implement a proactive law,” said Benson. “The time to put these recommendations into law is long overdue.”

    Speaking to the House of Commons Special Committee on Pay Equity, Benson pointed out the problems women in the federal sector face trying to achieve pay equity.

    “Our union has pursued pay equity complaints that have taken literally decades in some cases to be resolved”, added Benson. “We have members in their eighties calling our offices desperate to receive the money they’re owed. Sadly, it’s too late for some. This is not what pay equity was intended to do.”

    Impossible to file complaint

    It is difficult for unions and virtually impossible for women without a union to successfully pursue a complaint to the Canadian Human Rights Commission under the current law because it is

    • highly adversarial
    • requires legal expertise
    • takes an excessive amount of time and resources

    PSAC supports task force’s recommendations

    • All employees in the federal jurisdiction be covered by the new pay equity law, including part-time, casual, seasonal and temporary workers and those without a union
    • Pay equity be expanded beyond gender to include Aboriginal workers, workers of colour and workers with disabilities
    • Workers and their unions must be involved in developing pay equity studies and maintaining pay equity over time
    • A commission be set up to help employers, employees and unions
    • An expert tribunal also be set up to quickly decide any disputes

    Sujets: 

    Embedded Image: 

    Image Placement: 
    Top Right Quarter

    0 0

    Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC, somme le gouvernement libéral d’adopter sans tarder une loi proactive sur l’équité salariale.

    « Il y a 12 ans, un groupe de travail sur l’équité salariale mandaté par le fédéral a formulé des recommandations pour que l’équité salariale devienne réalité. C’est le temps d’agir », a déclaré la présidente Benson.

    Devant le Comité spécial sur l’équité salariale de la Chambre des communes, Mme Benson a mis en évidence les problèmes auxquels sont confrontées les travailleuses du secteur public fédéral qui cherchent à obtenir l’équité salariale.

    « L’AFPC a déposé bien des plaintes en matière d’équité salariale. Et dans certains cas, elles ne se sont réglées qu’après des décennies. Nous recevons des appels de membres qui ont 80 ans et qui n’ont toujours pas reçu l’argent qui leur est dû. D’autres sont décédés avant même de toucher quoi que ce soit, déplore-t‑elle. Un remboursement au titre de l’équité salariale, ça n’aurait jamais dû prendre aussi longtemps. »

    Impossible de porter plainte

    Aux termes de la loi en vigueur, il est très difficile pour les syndicats de déposer des plaintes devant la Commission canadienne des droits de la personne. Pour les femmes, c’est pratiquement impossible. Voici pourquoi :

    • Il s’agit d’un processus adversatif qui requiert la présence d’avocats.
    • Les litiges sont interminables, coûtent cher et exigent beaucoup de ressources humaines.

    L’AFPC appuie les recommandations du groupe de travail

    • Que la nouvelle loi sur l’équité salariale vise toutes les personnes salariées qui relèvent de la compétence fédérale, y compris les travailleuses et travailleurs à temps partiel, occasionnels, saisonniers et temporaires.
    • Que les dispositions de la nouvelle loi s’appliquent aux femmes, aux Autochtones, aux personnes ayant un handicap et aux personnes racialisées.
    • Que la nouvelle loi prévoie que toute personne salariée, syndiquée ou non, ait le droit de participer à la mise en œuvre et au maintien de l’équité salariale.
    • Que la nouvelle loi prévoie la mise en place d’une commission chargée, notamment, d’aider les employeurs, les personnes salariées et les syndicats, et d’un tribunal spécialisé chargé de régler rapidement les différends entre les parties.

    Sujets: 

    Embedded Image: 

    Robyn Benson
    Image Placement: 
    Top Right Quarter

    0 0

    "Women moving forward, moving up together”

    OBJECTIVES:

    • Educate and develop participants’ knowledge of the priority issues.
    • Empower participants to effect change.
    • Mobilize participants to promote women’s equality and safety.
    • Provide a safe environment to understand women’s struggles.
    • Develop participants’ capacity to effectively lobby for law reform on PSAC’s priorities.
    • Build women’s activism in the union and foster their engagement.
    • Encourage participants to work with allies and strengthen our partnerships.

    WORKSHOPS:

    1. Child care: making it a reality
      Child care is the ramp to women’s equality. PSAC sisters were instrumental in making child care an election issue. Now we have to ensure that the federal government and the provincial and territorial governments make this a reality. This workshop will provide hands-on tools and training for effective lobbying and help participants develop convincing arguments. Together, we can transform our vision for child care into a reality for all families, in all communities across the country.
    2. Can work be safe when home isn’t?
      This workshop will look at the groundbreaking survey that was done for the Canadian Labour Congress on the ramifications of domestic violence in the workplace. We will discuss how domestic violence impacts PSAC members, and what the union can do to better support our sisters. We will examine model language that can be bargained and innovative law reform initiatives that we can advocate with our provincial and federal governments.
    3. Promoting women’s leadership
      Women make the union strong! Are you looking to make a difference for women in the union? This course offers union women an opportunity to develop and enhance their leadership skills, find their voice and ignite the spark to take on further challenges. Participants will build their knowledge in a variety of current and emerging labour issues, and explore ways of building their skills to become a candidate or support diverse, progressive women running for various levels of leadership.
    4. The economic empowerment of women at work
      In March 2017, the United Nations Commission on the Status of Women will be discussing this theme, focusing on women and work for the very first time. This workshop will explore the different issues that impact women at work, in all our diversity. Participants will learn about international human rights that protect them as workers, and they will be invited to contribute their ideas to what the PSAC’s agenda should be on these issues.

    Sujets : 

    Éditeur: 

    Audience: 

    Publication Date: 
    Mercredi 6 Juillet 2016 - 11h00

    0 0

    « En AVANT TOUTES ! »

    OBJECTIFS:

    • Renseigner les participantes sur les enjeux prioritaires.
    • Habiliter les participantes à changer la situation.
    • Inciter les participantes à promouvoir l’égalité et la sécurité des femmes.
    • Offrir un milieu sûr pour comprendre les luttes des femmes.
    • Développer la capacité de réclamer efficacement des réformes législatives correspondant aux priorités de l’AFPC.
    • Renforcer le militantisme des femmes au sein du syndicat et favoriser leur engagement.
    • Encourager les participantes à travailler avec nos alliés et à renforcer nos partenariats.

    ATELIERS :

    1. Services de garde : du souhait à la réalité
      Les services de garde contribuent à l’égalité des femmes. Grâce aux consoeurs de l’AFPC, cette question est devenue un enjeu électoral. Maintenant, il faut s’assurer que le gouvernement fédéral, ainsi que les administrations provinciales et territoriales, réalisent ce projet. Cet atelier propose des outils concrets et une formation pour mener des actions de lobbying efficaces et aider les participantes à élaborer des arguments convaincants. Ensemble, nous pouvons faire en sorte que notre vision des services de garde devienne réalité pour les familles partout au pays.
    2. Peut-on être en sécurité au travail quand on ne l’est pas à la maison ?
      Cet atelier traite du sondage sans précédent mené par le Congrès du travail du Canada sur les répercussions de la violence conjugale au travail. On discute de l’impact de la violence conjugale sur les membres de l’AFPC et des mesures que le syndicat peut prendre pour améliorer le soutien qu’elle offre aux consœurs. On examine aussi un modèle de revendication contractuelle et des mesures législatives à présenter à nos gouvernements.
    3. Promouvoir le leadership des femmes
      Les femmes sont la force du syndicat ! Souhaitez-vous jouer un rôle déterminant auprès des femmes du syndicat ? Ce cours permet aux militantes syndicales d’acquérir des compétences en leadership et de parfaire celles qu’elles possèdent déjà, de trouver leur voix et de relever d’autres défis. Il leur donne aussi l’occasion d’en apprendre davantage sur divers enjeux actuels et émergents liés au mouvement syndical. Enfin, les participantes découvriront des moyens de perfectionner leurs compétences pour se porter candidate à un poste de direction ou appuyer la candidature d’autres femmes progressistes issues de milieux divers.
    4. Autonomisation économique des femmes au travail
      La prochaine rencontre de la Commission de la condition de la femme de l’ONU, en mars 2017, portera sur ce thème, axé pour la première fois sur les femmes et le travail. Cet atelier se penche sur les divers enjeux qui touchent les femmes au travail, dans toute leur diversité, et sur les droits internationaux qui les protègent en tant que travailleuses. On invite aussi les femmes à faire valoir leurs idées quant au programme que devrait adopter l’AFPC sur ces questions.

    Sujets : 

    Éditeur: 

    Audience: 

    Publication Date: 
    Mercredi 6 Juillet 2016 - 11h00

    0 0

    The Public Service Alliance of Canada joins Indigenous Peoples in recognizing the importance of the newly-launched National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls.

    The union also supports the suggestions of the Native Women’s Association of Canada and other groups to improve the scope and inclusiveness of the inquiry, including:

    • Enforceable mechanisms to ensure that the areas that fall under provincial jurisdiction, such as policing and the child welfare system, fully participate and are held accountable for their past actions.
    • Culturally based counselling and trauma supports for survivors, not just when they are testifying before the Inquiry, but for an open-ended period.
    • The appointment of a sixth Inuk Commissioner, to better reflect the full scope of Indigenous women’s experiences.

    In a press conference today, NWAC President Dawn Lavell-Harvard stressed that the inquiry would not be happening today, if it were not for decades of activism by Indigenous Peoples on behalf of more than 1,200 missing and murdered women and girls. She also acknowledged the role that unions and women’s organizations played in pushing this issue to the forefront of the political agenda.

    “In an ideal world, this inquiry would not even be necessary,” said Magali Picard, the PSAC Regional Executive Vice-President for Quebec. “Nothing will bring back all of the women and girls that have disappeared, but we hope that this process leads to justice and healing for all of the survivors and victims’ families.”

    Kathie Ostrihon, a member of the PSAC’s National Aboriginal Peoples Circle said she hopes that the commissioners will use their traditional teachings during the process and “know that spirits of the Missing and Murdered Indigenous Women and Girls, their families, friends and the entire Indigenous community will be guiding them.”

    For more information on the Inquiry, visit Indigenous and Northern Affairs Canada.

    Sujets: 

    Embedded Image: 

    Candle light vigil for missing and murdered Indigenous women
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0

    L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) se joint aux peuples autochtones du Canada pour souligner l’importance que revêt l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées tout juste lancée par le gouvernement du Canada. 
    Le syndicat appuie également les suggestions émises par l’Association des femmes autochtones du Canada, et d’autres organismes, en vue d’élargir le mandat de l’enquête et de l’étendre à d’autres groupes, en prévoyant notamment :

     

    • des mécanismes exécutoires obligeant les services qui relèvent exclusivement des provinces, notamment les services de police et ceux chargés de la protection de la jeunesse, à pleinement participer à l’enquête et à rendre compte de leurs décisions antérieures;
    • des services de counselling, culturellement pertinents, qui tiennent compte des traumatismes subis par les survivantes et survivants et qui ne soient pas limités à la période de témoignage devant la commission d’enquête; 
    • la nomination d’un sixième commissaire d’origine inuite pour tenir compte des expériences vécues par l’ensemble des femmes autochtones. 

    Durant la conférence de presse, la présidente de l’AFAC, Dawn Lavell-Harvard, a souligné que cette commission d’enquête a pu voir le jour grâce aux efforts des militantes et militants autochtones au cours des onze dernières années au nom des quelque 1200 femmes et filles disparues et assassinées. Elle a aussi reconnu le rôle des syndicats et des organisations féministes pour avoir réussi à placer cet enjeu à l’avant-plan de l’ordre du jour politique. 

    « Dans un monde idéal, cette enquête ne serait même pas nécessaire, a déclaré Magali Picard, vice-présidente exécutive régionale de l’AFPC-Québec. Rien ne pourra ramener à la vie nos sœurs autochtones disparues, mais nous espérons que cette commission contribuera à obtenir justice et à panser les plaies des survivants et des familles des victimes. »

    Kathie Ostrihon, membre du Cercle national des peuples autochtones de l’AFPC, souhaite que les commissaires fassent appel aux enseignements traditionnels durant ce processus. « L’esprit de nos sœurs disparues et assassinées et celui de leurs familles, amis et de l’ensemble de la communauté autochtone les guideront... »

    Pour plus d’information, visitez le site d’Affaires autochtones et du Nord Canada.
     

    Sujets: 

    Embedded Image: 

    Dans un monde idéal, cette enquête ne serait même pas nécessaire
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0

    We want to remind PSAC members to register for our National Equity Conferences that will take place in Toronto on March 2017.

    The conferences offer delegates the opportunity to participate in one or more of the five equity conferences. In addition, space exists to explore common human rights issues and areas of intersectionality.

    Where:           Sheraton Centre Toronto Hotel

    When:            March 24 to 28, 2017

    The deadline for registration is Friday, September 9, 2016 4:00 p.m. EST

    Sujets: 

    Éditeur: 


    0 0

    Les Conférences nationales Équités de l’AFPC auront lieu à Toronto en mars 2017. Avez-vous songé vous y inscrire?

    Les personnes déléguées auront la chance de participer à une ou plusieurs des cinq conférences. Elles pourront également explorer en lieu sûr les enjeux qui les unissent et l'intersectionnalité.

    Où :                Centre Sheraton de Toronto

    Quand :         Du 24 au 28 mars 2017

    Date limite pour l’inscription : le vendredi 9 septembre 2016, 16 h (HAE)

    Sujets: 

    Éditeur: 


    0 0
  • 09/30/16--12:28: Women’s History Month
  • Women’s History Month

    31 Octobre
    To event remaining 24 days

    This October, as we mark Women’s History Month, PSAC celebrates the women of Canada’s labour movement who, for generations, have come together and empowered themselves in the fight for justice.


    0 0

    Le Mois de l’histoire des femmes

    30 Septembre

    En ce Mois de l’histoire des femmes, l’Alliance de la Fonction publique du Canada salue bien bas les militantes du mouvement ouvrier canadien qui, depuis des générations, s’unissent pour faire régner la justice et en ressortent grandies. 


(Page 1) | 2 | 3 | 4 | newer