Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

PSAC has a long history of fighting for women’s rights. In 1980, 50,000 federal clerks took to the streets to demand fair wages – one of the largest strike actions ever launched in Canada. Three quarters of the participants were women. This strike helped build women leaders in our union and vaulted women’s issues to the top of PSAC’s agenda. Fair wages, protection from discrimination and sexual harassment and access to child care are issues that PSAC women members continue to fight for. Our union has also been front-and-centre in the political fight to protect women’s right to choose, stand up for LGBT rights and prevent crucial public services from being dismantled.

older | 1 | (Page 2) | 3 | 4 | newer

    0 0

    The Liberal government has announced it intends to bring in a new federal pay equity law by the end of 2018.

    “A proactive pay equity law has been needed for decades,” said PSAC National President Robyn Benson. “We are very disappointed the government is not moving more quickly.”

    The government was responding to a report by a special committee of the House of Commons on pay equity, which called for a new law in 2017. If the legislation isn’t introduced until the end of 2018, it runs the risk of not becoming law before the next federal election in 2019 and there could be further delays to bring in the necessary corresponding regulations.

    “The issue has been thoroughly studied and experience with proactive legislation in provinces such as Ontario and Quebec is readily available,” said Benson. “The government should be moving now to recruit the necessary expertise to support the new pay equity system once it becomes law.”

    Conservatives’ law still restricts rights of public service workers

    The government’s announcement failed to give any indication that the government will repeal the Public Sector Equitable Compensation Act (PSECA).

    Passed in 2009, as part of an omnibus budget bill, PSECA removed the right to file pay equity complaints under the Canadian Human Rights Act from federal public service workers.

    “The government should act now to repeal PSECA and restore our members’ rights until a new pay equity law is in place,” said Benson. “Our members in the federal public service have been denied their pay equity rights under the Human Rights Act for the last six years.”

    Some good news in the announcement

    The Liberals have indicated that the new proactive law will cover federal workers in both the private and public sectors. They’ve also acknowledged that any new system will need strong and independent oversight.

    Sujets: 


    0 0

    Le gouvernement fédéral a annoncé son intention d’adopter une nouvelle loi sur l’équité salariale d’ici la fin de 2018.

    « Nous attendons depuis plusieurs décennies une loi sur l’équité salariale proactive, déclare Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC. Nous sommes très déçus que le gouvernement ne l’adopte pas plus rapidement. »

    Cette annonce fait suite au rapport d’un comité spécial sur l’équité salariale de la Chambre des communes, qui recommande l’adoption d’une telle loi d’ici 2017. Or, si cette loi n’est pas déposée avant la fin de 2018, elle risque de ne pas être adoptée avant les prochaines élections fédérales en 2019. C’est sans parler du temps qu’il faudra pour mettre en œuvre la réglementation afférente.

    « L’équité salariale a été examinée de long en large et nous pourrions profiter de l'expérience de certaines provinces, comme l’Ontario et le Québec, qui ont déjà adopté des lois proactives, ajoute Robyn Benson. Le gouvernement fédéral doit recruter dès maintenant les spécialistes qui assureront le fonctionnement du nouveau système d’équité salariale lorsque la loi sera adoptée. »

    Une loi des conservateurs restreint encore les droits des fonctionnaires fédérales

    Dans son annonce, le gouvernement n’a pas mentionné à quel moment il entend abroger la Loi sur l’équité dans la rémunération du secteur public (LERSP).

    Rappelons que cette loi, adoptée en 2009, faisait partie du projet de loi omnibus déposé par les conservateurs. La LERSP a retiré aux fonctionnaires fédérales le droit de déposer une plainte en matière d’équité salariale auprès de la Commission canadienne des droits de la personne.

    « Le gouvernement doit agir sans tarder pour abroger la LERSP et rétablir les droits de nos membres jusqu’à ce qu’il adopte une nouvelle loi sur l’équité salariale, conclut la présidente Benson. Depuis six ans, nos membres à la fonction publique fédérale ont été privées de l’équité salariale à laquelle elles ont droit en vertu de la Loi canadienne sur les droits de la personne. »

    Quelques bonnes nouvelles

    Les libéraux ont mentionné que la nouvelle loi s’appliquera aux employées des secteurs public et privé. Ils ont également reconnu la nécessité de doter tout nouveau système d’équité salariale d’un mécanisme de contrôle indépendant et efficace.

    Sujets: 


    0 0

    The Public Service Alliance of Canada is pleased that Canada will honour a leading civil rights activist by featuring Viola Desmond on the new $10 bill. CBC described Desmond’s legacy this way:

    In 1946, nine years before Rosa Parks’ historic bus ride in the U.S., Viola Desmond sat in a section of a Nova Scotia movie theatre that was reserved for white people, rather than the designated area for black people upstairs. A police officer arrested her and she spent the night in jail charged with not paying a tax of three cents for a downstairs ticket.

    On April 15, 2010, the Nova Scotia lieutenant-governor granted her a posthumous pardon.


    “It is significant and overdue to have a racialized woman on the new bank note, who was a leading activist for civil rights in Canada. For too long, this history has been overlooked,” said Robyn Benson, National President of PSAC. “Desmond’s contribution to the struggle for civil rights in Canada was enormous.”

    PSAC-Atlantic’s Acting Regional Executive Vice-President, Colleen Hodder, also celebrated the decision:

    “We are delighted and proud that Viola Desmond will be the first Canadian woman on a $10 bill. Being a native of Nova Scotia, her story resonates with many of our members in the Atlantic Region. Viola Desmond’s history and legacy will live on forever – as it should.”

    Sujets: 

    Géographie: 

    Embedded Image: 

    Viola Desmond
    Image Placement: 
    Top Right Quarter

    0 0

    Honorer ainsi une défenseure des droits de la personne est une excellente nouvelle selon l’Alliance de la Fonction publique du Canada.

    En 1946, une dizaine d’années avant l’incident historique mettant en cause Rosa Parks aux États-Unis, Viola Desmond posa un geste courageux : elle refusa de s’asseoir dans la section réservée aux Noirs dans une salle de cinéma en Nouvelle-Écosse. Un agent de police la fit sortir du cinéma de force. Elle a passé une nuit en prison, a écopé d’une amende et a été accusée de fraude.

    Le 15 avril 2010, Viola Desmond a reçu un pardon posthume de la part de la lieutenant-gouverneure de la Nouvelle-Écosse.

    « Enfin, le Canada rend hommage à cette femme racialisée qui s’est battue pour la justice », s’exclame Robyn Benson, présidente de l’AFPC. « On aurait dû le faire il y a très longtemps. La contribution de Viola Desmond aux droits de la personne est considérable et ne passera plus inaperçue. »

    Colleen Hodder, vice-présidente exécutive intérimaire de l’AFPC pour l’Atlantique, se réjouit elle aussi de la décision :

    « Viola Desmond est la première Canadienne à figurer sur un billet de banque. Nous en sommes très fiers! L’histoire de cette Néo-écossaise touche plusieurs de nos membres dans la région. Mme Desmond entre ainsi dans la mémoire collective. »

    Sujets: 

    Géographie: 

    Embedded Image: 

    Viola Desmond
    Image Placement: 
    Top Right Quarter

    0 0

    The cost of child care in Canada in Canada is rising twice as fast as the rate of inflation, according to an extensive fee survey conducted by the Canadian Centre for Policy Alternatives.

    “Child care costs represent one of the biggest expenses for parents of young children after paying the mortgage or rent, and that makes it a bread and butter issue for our union,” said PSAC National President Robyn Benson. “But we also are campaigning for major reform in how child care is funded and organized because Canada’s children need the best quality care possible, and child care staff need big improvements in their working conditions.”

    Federal leadership needed

    PSAC, working with the Child Care Advocacy Association of Canada and others, is pushing the federal government to take leadership and use its spending power to build a proper child care system for all parents who need services.

    The federal, provincial and territorial governments are now negotiating a Framework Agreement on Early Learning and Care, which was promised by the Liberals in the lead-up to the 2015 federal election.

    Child care advocates have said in their own Shared Framework proposal that the agreement must pave the way to major reforms in how governments fund and organize child care.

    Quality and inclusivity

    The campaign for change is starting to shift the federal government’s thinking. In a recent interview, Social Development Minister Jean-Yves Duclos told The Canadian Press he has heard, “how important it is to work on a system that over time will build the inclusivity, the affordability, and the accessibility of child care services allowing for the importance of quality.”

    “Our child care campaign is clearly having an impact but we have to keep pushing to make sure the new Framework agreement provides for a comprehensive approach to child care rather than more ineffective Band-Aid solutions. Because fees keep rising and spaces are harder to find than ever,” said Benson.

     

    Sujets: 

    Embedded Image: 

    Two little girls sitting outside, wearing blue t-shirts that read: "Vote Childcare 2015"
    Image Placement: 
    Top Right Quarter

    0 0

    Les frais de garde au Canada augmentent deux fois plus rapidement que l’inflation, selon un vaste sondage mené par le Centre canadien de politiques alternatives.

    « Les frais de garde comptent parmi les dépenses les plus importantes pour les parents de jeunes enfants, après l’hypothèque ou le loyer, ce qui en fait une question fondamentale pour notre syndicat », affirme Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC. « Mais nous militons également pour une réforme en profondeur du financement et de l’organisation des services de garde, car nos enfants ont besoin des meilleurs soins possible et les conditions de travail du personnel qui offre ces services ont grandement besoin d’une amélioration. »

    Le fédéral doit prendre les devants

    L’AFPC, de concert avec l’Association canadienne pour la promotion des services de gardeà l’enfance et d’autres organismes, presse le gouvernement fédéral de prendre les devants et d’utiliser son pouvoir de dépenser pour bâtir un système de garde d’enfants adéquat pour tous les parents qui en ont besoin.

    Le fédéral, les provinces et les territoires négocient actuellement un cadre national d’éducation préscolaire et de garde d’enfants, une promesse des libéraux durant la campagne électorale de 2015.

    Les défenseurs des services de garde ont déclaré dans un cadre commun que l’entente doit paver la voie à une réforme en profondeur du financement et de l’organisation des services de garde.

    Qualité et inclusivité

    La campagne en cours fait réfléchir le gouvernement fédéral. Dans une entrevue récente à la Presse canadienne, le ministre du Développement social Jean-Yves Duclos reconnaît que la population canadienne attache beaucoup d’importance à la mise sur pied d’un système de services de garde qui sera à la fois inclusif, abordable, accessible et de qualité.

    « Notre campagne sur les services de garde a un impact réel, mais nos efforts doivent se poursuivre afin que le nouveau cadre national mise sur une approche globale en matière de garde d’enfants et non sur des solutions temporaires inefficaces. Les frais augmentent sans cesse et les places se font de plus en plus rares », ajoute Robyn Benson.
     

    Sujets: 

    Embedded Image: 

    Deux petites filles assises dehors, en t-shirt bleu portant le slogan « Votezgarderies2015 »
    Image Placement: 
    Top Right Quarter

    0 0

    The Liberal government is in a position to take real action that would greatly improve women’s economic security.

    Appearing before the House of Commons Status of Women Committee, PSAC executive director Jennifer Howard outlined some of the barriers women face to achieving economic security. They include:

    • a gender wage gap
    • a rise in precarious employment
    • a lack of access to quality, affordable child care
    • domestic violence

    Each of these issues is a priority for our union, and must be priorities for the Liberal government.

    Steps to improving economic security

    PSAC recommended the federal government take the following steps to improve the economic security of women in Canada.

    • Speed up their timetable to introduce a new, proactive pay equity law.
    • Encourage the creation of more permanent employment opportunities in the federal public service.
    • Negotiate a federal-provincial-territorial framework that will transform child care into a publicly managed service, supported by sufficient public funding.
    • Support workplace strategies surrounding domestic violence such as paid leave, to help women take the necessary steps to re-establish their lives, and protection at work from abusive partners.

    The Status of Women Committee is currently studying women’s economic security in Canada. After hearing from witnesses, the Committee will prepare a report with recommendations for the Liberal government.

    Sujets: 

    Éditeur: 


    0 0

    Le gouvernement libéral est en mesure de poser des gestes concrets qui contribueraient grandement à la sécurité économique des femmes.

    S’adressant au Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes, la directrice exécutive de l’AFPC, Jennifer Howard, a fait état de certains obstacles à la sécurité économique auxquels se heurtent les femmes.

    • disparité salariale entre hommes et femmes
    • augmentation de l’emploi précaire
    • pénurie de services de garde abordables et de qualité
    • violence conjugale.

    Ces enjeux sont prioritaires pour notre syndicat et le gouvernement libéral doit lui aussi leur accorder la priorité. 

    Pour une meilleure sécurité économique

    L’AFPC recommande que le gouvernement fédéral prenne les mesures suivantes pour assurer la sécurité économique des Canadiennes :

    • accélérer l’adoption d’une nouvelle loi proactive sur l’équité salariale
    • créer plus d’emplois permanents à la fonction publique fédérale
    • négocier un cadre fédéral-provincial-territorial visant à mettre sur pied des services de garde publics, gérés et financés par l’État
    • appuyer les stratégies de lutte contre la violence conjugale au travail : congé payé pour aider les femmes à se relever, protection au travail contre les partenaires violents.

    Le Comité de la condition féminine se penche actuellement sur la question de la sécurité économique des Canadiennes. Il fera rapport de ses recommandations au gouvernement lorsque tous les témoins auront été entendus.

    Sujets: 

    Éditeur: 


    0 0

    PSAC National President Robyn Benson and Ontario Regional Executive Vice-President Sharon DeSousa are at the United Nations in New York to press world leaders, including the Canadian government, to live up to their international legal obligations with respect to gender equality.

    The governments are attending the 61st annual session of the Commission on the Status of Women (UNCSW61) and this year the major point of discussion is women’s economic status in the changing world of work.

    Rights of women workers are at the top of the agenda

    “This year’s UNCSW meetings are especially relevant to members of the PSAC because the rights of women workers are at the top of the agenda,” explained Benson. We are here as part of a large global delegation of union women determined to win greater protections so badly needed given the dramatic rise in precarious work, and the growing de-unionization of the labour force.”

    More than 9,000 women are at the session attending hundreds of workshops alongside the official UN meetings.

    “The UNCSW61 gives us a chance to learn from women activists inside and outside unions, and to develop common strategies to tackle the growing gaps in equality,” said Sharon DeSousa.

    “We have to do more to address the horrendous hardships that women workers are enduring as a result of worsening exploitation including modern day slavery in which tens of millions of adults and children are entrapped, the majority of whom are women and girls,” De Sousa added.

    “On the one hand, it is discouraging how serious the problems facing women workers are around the world. On the other hand, it is inspiring to hear of the incredible progress women have made in some parts of the world on issues we are still working on.” added Benson.

    Child Care part of discussions

    The Nordic countries are way ahead of Canada when it comes to access to affordable high-quality child care and they have proven that good universal programs are enormously beneficial to women, children, families and the economy.

    For forty years, PSAC has worked with the broader child care movement to fight for a universal, high-quality child care system for Canada. Along with the Child Care Advocacy Association of Canada and others, we are pushing the federal government to take leadership and build a quality, affordable child care system that all families can access wherever they live.

    The work of the trade union delegation to UNCSW61 can be followed on Public Services International’s blog and Twitter #UNCSW61.

     

    Sujets: 

    Embedded Image: 

    Sharon DeSousa and Robyn Benson
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0

    Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC, et Sharon DeSousa, vice-présidente exécutive régionale pour l’Ontario, sont à New York cette semaine pour la 61e session annuelle de la Commission de la condition de la femme (CCF). Le thème retenu cette année : L’autonomisation économique des femmes dans un monde du travail en évolution.

    Leur mission, que partagent quelque 9 000 autres femmes qui assistent à ce rassemblement, est d’exhorter les gouvernements du monde entier, dont celui du Canada, à respecter leurs obligations en matière d’égalité entre les sexes.

    Gros plan sur les droits des travailleuses

    « Ces rencontres présentent un grand intérêt pour les membres de l’AFPC puisqu’on met l’accent sur les droits des travailleuses, dit Robyn Benson. Nous faisons partie d’une grande délégation internationale de syndicalistes qui s’est donné l’objectif suivant : obtenir de meilleures protections pour les travailleuses afin de contrer les effets néfastes de la précarisation du travail et de la désyndicalisation croissante. »

    Des centaines d’ateliers ont lieu en marge des réunions officielles de l’ONU. Comme l’explique Sharon DeSousa : « Ce rassemblement nous permet de rencontrer des militantes de divers horizons et d’élaborer des stratégies collectives afin d’éradiquer les inégalités grandissantes. »

    « Il faut intensifier nos efforts parce que les travailleuses sont trop souvent exploitées et vivent des souffrances extrêmes. Parce que des millions de personnes, des femmes et des filles en majorité, sont victimes d’esclavage », ajoute-t-elle.

    « D’une part, les problèmes auxquels sont confrontées les travailleuses partout dans le monde peuvent sembler insurmontables. De l’autre, les énormes progrès accomplis par les femmes sur certains dossiers offrent une lueur d’espoir », souligne la présidente Benson.

    La garde d’enfants, toujours d’actualité

    Lorsqu’il est question de services de garde de qualité abordables, les pays nordiques ont une longueur d’avance sur le Canada. Ils ont prouvé que de bons programmes universels sont extrêmement bénéfiques pour les femmes, les enfants, les familles et l’économie.

    Depuis 40 ans, l’AFPC et le mouvement progarderie luttent pour obtenir la mise sur pied d’un réseau universel de services de garde de qualité au Canada. L’AFPC, de concert avec l’Association canadienne pour la promotion des services de garde à l’enfance et d’autres organismes, presse le gouvernement fédéral de prendre les devants et de bâtir un réseau solide de garde d’enfants pour tous les parents qui en ont besoin.

    Pour un compte rendu des travaux de la délégation syndicale à la 61e session de la CCF, suivez le blogue de l’Internationale des services publics et le fil Twitter #UNCSW61.

     

    Sujets: 

    Embedded Image: 

    Sharon DeSousa et Robyn Benson
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0

    More than 500 PSAC members from five equity groups and their allies attended the union’s triennial National Equity Conferences in Toronto last month to raise awareness, deepen their knowledge and strategize around issues of discrimination and equality.

    With the theme “Equality at Work”, the five-day gathering was the second time PSAC held the conferences for all five equity groups simultaneously in one location, allowing for the cross-sharing of issues and perspectives among members from racially visible, GLBT, Aboriginal, women and disability groups and communities.

    “This gathering is taking place at a difficult moment in history,” PSAC National President Robyn Benson said in her opening remarks, pointing to the election of a “racist misogynist” in the U.S. and the rise of extreme right-wing movements in Europe and Canada, including the recent attack at a Quebec mosque that killed six people and injured 19.

    “We must use these memories to fuel our efforts to eradicate all forms of hate and oppression—whether rooted in Islamophobia, racism, colonialism, ableism, homophobia, transphobia or misogyny,” Benson added. “Here and now, at this conference and beyond, we must keep organizing for equality until we win.”

    Workshops

    The conference held plenaries where the five equity groups sat together during opening ceremonies and to listen to guest speakers. But each of the five equity groups had opportunities to break off into their respective workshops to share experiences and build solidarity.

    The 20 workshops shared the common objectives of empowering members of equity groups and strategizing around mobilizations and political actions to make changes in their workplaces and broader communities.

    For the first time, the conferences also held ally workshops for each equity group to raise awareness about the issues and build solidarity with those who do not self-identify as belonging to particular equity groups.

    Significant resolutions adopted

    Each equity group debated and adopted resolutions in their respective plenaries, with a total of 29 resolutions adopted by all five groups. These resolutions will again be tabled at PSAC’s Triennial Convention in 2018 to be deliberated by the general membership.

    Of particular note is the adoption of the resolution that calls on PSAC to amend its constitution to allow each equity group to have two delegates attend the Triennial Convention. The delegates shall be elected at their respective equity caucus at their PSAC Regional Triennial Convention.

    Elections

    Each equity group at the conference also elected two equity delegates each to attend PSAC’s Triennial Convention next year. The Aboriginal conference also chose the members that will form PSAC’s next National Aboriginal Circle.

    Political action

    The conferences were the opportunities for delegates to send clear messages to Parliament by signing petitions.

    The petitions are calling for:

    • Asking the House of Commons to put in place measures for a comprehensive and proactive accessibility legislative framework
    • Requesting the Senate to move quickly to adopt Bill C-16 that will amend the Canadian Human Rights Act and the Criminal Code to better protect trans persons, a bill that has already passed the House of Commons last October
    • Putting in place measures for a comprehensive review of the Employment Equity Act, to ensure that the protection of the rights of the GLBT community are included in the Act

    “Sisters and brothers, let’s use the next few days to discuss how we can give hope to our members and how we can engage them in making the change we need,” said Robyn Benson in her opening address.

    And so they did.

    Sujets: 

    Éditeur: 

    Embedded Image: 

    Equity conference plenary
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0

    En mars dernier, plus de 500 membres des cinq groupes d’équité de l’AFPC, ainsi que leurs alliés, ont participé aux conférences nationales triennales Équité tenues à Toronto. Ils y étaient pour faire connaître leurs enjeux, améliorer leurs connaissances et élaborer des stratégies d’action pour combattre la discrimination et promouvoir l’égalité.

    Sous la bannière « L’égalité en action », le rassemblement de cinq jours était le deuxième en son genre. L’AFPC réunit en un même endroit les cinq groupes d’équité (femmes, personnes racialisées, GLBT, Autochtones et membres ayant un handicap), favorisant ainsi un partage transversal d’idées et de points de vue.

    « Ce rassemblement a lieu à un moment difficile de l’histoire », déclarait Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC, dans le cadre de son allocution d’ouverture. Elle soulignait l’élection d’un président misogyne et raciste aux États-Unis et la montée de l’extrême-droite en Europe et au Canada. La présidente a mentionné la récente attaque survenue dans une mosquée de Québec qui a fait six morts et 19 blessés.   

    « Ces incidents doivent attiser notre volonté d’éradiquer la haine et l’oppression, fondées sur l’islamophobie, le racisme, le colonialisme, la capacité physique, l’homophobie, la transphobie ou la misogynie, a-t-elle ajouté. Aujourd’hui, à la conférence, demain et toujours, mobilisons-nous pour réaliser l’égalité. »

    Ateliers

    Les membres des cinq groupes d’équité étaient réunis en séance plénière pour assister à la cérémonie d’ouverture et entendre les conférenciers et conférencières. Les membres de chaque groupe ont également participé à des ateliers ciblés leur permettant d’échanger sur leur vécu et de bâtir la solidarité.

    Les 20 ateliers avaient des objectifs communs : outiller les membres des groupes d’équité et discuter des stratégies de mobilisation et d’action politique qui permettront de faire évoluer les lieux de travail et la société.

    Pour la première fois, des ateliers pour alliés étaient offerts. Chaque groupe d’équité a eu l’occasion de sensibiliser ces personnes aux enjeux qui le touchent et de bâtir la solidarité avec elles. 

    Adoption de résolutions importantes

    Chaque groupe d’équité a examiné et adopté des résolutions dans le cadre de ses séances plénières respectives. En tout, les cinq groupes ont adopté 29 résolutions. Celles-ci seront renvoyées au Congrès national triennal de l’AFPC en 2018 et débattues par les délégués.

    Notons particulièrement l’adoption de la résolution réclamant une modification des Statuts de l’AFPC afin que chaque groupe d’équité puisse déléguer deux personnes au Congrès national triennal. Ces personnes seront élues dans le cadre de leur caucus d’équité respectif lors de leur congrès régional triennal.

    Élections

    Chaque groupe d’équité participant aux conférences Équité a élu deux personnes qui seront déléguées au Congrès national triennal de l’AFPC en 2018. La conférence des membres autochtones a également choisi les personnes qui formeront le prochain Cercle national des peuples autochtones de l’AFPC.

    Action politique

    Les délégués aux conférences en ont profité pour transmettre divers messages aux parlementaires en signant des pétitions. 

    Leurs revendications :

    • Que la Chambre des communes mette en place les mesures nécessaires afin de créer un cadre législatif dynamique et détaillé sur l’accessibilité.
    • Que le Sénat adopte rapidement le projet de loi C-16 visant à modifier la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel afin de mieux protéger les droits des personnes trans; ce projet de loi a d’ailleurs été adopté par la Chambre des communes en octobre dernier.
    • Que le gouvernement procède à l’examen approfondi de la Loi sur l’équité en matière d’emploi pour y intégrer la protection des droits des personnes GLBT.

    « Consœurs et confrères, profitons des jours qui viennent pour discuter des mesures à prendre pour offrir un regain d’espoir à nos membres et les inciter à changer les choses », a conclu Robyn Benson dans son allocution d’ouverture.

    Chose dite, chose faite.

    Sujets: 

    Éditeur: 

    Embedded Image: 

     Plénière dans les Conférences nationales équité
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0
  • 04/19/17--08:36: Budget 2017 and human rights
  • Women’s equality

    The 2017 budget was the first budget to include a gender analysis, and for that reason, was seen by some as a “feminist budget”.

    The analysis of how spending affects women and men differently was an important first step. However, the government must match that with funding commitments that advance women’s equality.

    Budget 2017 proposes funding to establish a National Strategy to Address Gender-Based Violence. The budget also states that the government will expand the capacity of Status of Women Canada. PSAC welcomes these important steps to addressing some of the barriers to women’s equality.

    The budget also contained some improvements to employment insurance, including a new caregiver benefit and extended maternity leave. However, the maternity extension will not apply to many women and does not increase the amount of EI benefits provided but only expands them over a longer period.

    The budget also contains money for child care, but not enough to create a universal, affordable child care program for all Canadians who need it (see Budget 2017 and child care).

    Immigration and refugees

    Given the recent influx of refugees and asylum claimants in Canada, PSAC is disappointed that the budget did not contain more funding for this sector.

    Although the 2017 budget provides money for legal aid services for asylum claimants, it failed to offer any other new money in response to the rise in asylum seekers crossing into border communities. There is no money for the Canada Border Services Agency to ensure that they have adequate resources and support for Border Service Officers.

    The Liberals also ignored the Immigration and Refugee Board’s request for more money to deal with its rising backlog of refugee claims.

    This budget also failed to deliver promised details on reforms to the Temporary Foreign Worker Program and does not address the vulnerabilities faced by foreign workers in Canada. The government has ignored migrant workers’ critical demands for open work permits, permanent residency and rights enforcement. 

    Accessibility for people with disabilities

    This budget fails to provide any new funding to support accessibility for people with disabilities or any measures to improve access to jobs or training. In fact, the only mention of accessibility in the budget is a brief reference to the planned new accessibility legislation. PSAC is disappointed that no programs or funding has been announced, leaving people with disabilities out in the cold.

    LGBTQ issues

    This budget announced that the Government will establish an LGBTQ2 Secretariat within the Privy Council Office (PCO). The budget provides $3.6 million over three years, starting in 2017–18, to PCO to support the Government’s initiatives on LGBTQ2 issues. The new secretariat will support the work of the Prime Minister’s Special Advisor on LGBTQ2 issues in delivering on his mandate to provide advice on the development and coordination of the Government’s LGBTQ2 agenda.

    The federal government has also made LGBTQ families and single people eligible for the same tax break on reproductive treatments that only people with infertility conditions could previously access — including for services dating back to 2007.

    PSAC welcomes these announcements, which are an important first step in advancing LGBTQ rights.

    Indigenous Peoples

    The budget proposes some new funding for First Nations communities and Indigenous Peoples (see Budget 2017 and Indigenous Peoples).

    Sujets: 

    Éditeur: 

    Embedded Image: 

    Hands in the air
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0

    Égalité des femmes

    Le budget de 2017 est le premier budget à comprendre une analyse comparative entre les sexes et, pour cette raison, certains le considèrent comme un « budget féministe ».

    Analyser comment les dépenses touchent les femmes et les hommes différemment était une première démarche importante. Maintenant, le gouvernement doit joindre le geste à la parole et investir dans les initiatives favorisant l’égalité des femmes.

    Le budget de 2017 propose d’investir des fonds pour établir une stratégie fédérale contre la violence fondée sur le sexe. Le budget indique également que le gouvernement élargira la capacité de Condition féminine Canada. L’AFPC se félicite de ces importantes démarches visant à éliminer certains obstacles à l’égalité des femmes.

    Le budget renferme aussi certaines améliorations quant à l’assurance-emploi, dont une nouvelle prestation pour aidants naturels et un congé de maternité prolongé. Cependant, la prolongation du congé de maternité ne s’appliquera pas à de nombreuses femmes et n’entrainera pas une augmentation du montant des prestations d’assurance-emploi; celles-ci seront par contre étalées sur une plus longue période.

    Le budget prévoit également des fonds pour les services de garde, mais pas assez pour créer un programme de services de garde universel et abordable (voir Budget 2017 et services de garde).

    Immigration et réfugiés

    Compte tenu de l’afflux récent de réfugiés et de demandeurs d’asile au Canada, l’AFPC est déçue que le budget ne renferme pas davantage de financement pour ce secteur.

    Bien que le budget de 2017 renferme des fonds pour les services d’aide juridique des demandeurs d’asile, il n’y a rien pour ceux et celles qui traversent la frontière la frontalière pour trouver refuge au Canada. Le budget ne renferme pas de financement pour assurer que l’Agence des services frontaliers du Canada fournisse les ressources adéquates et du soutien aux agents des services frontaliers.

    Les libéraux ont également ignoré la demande de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié visant à obtenir plus de financement pour traiter l’arriéré croissant des demandes du statut de réfugié.

    En ce qui concerne la réforme du Programme des travailleurs étrangers temporaires, le gouvernement est resté muet. Idem pour les vulnérabilités touchant les travailleurs étrangers au Canada. Il a aussi ignoré les importantes demandes des travailleurs migrants concernant les permis de travail ouverts, la résidence permanente et la protection des droits.

    Mesures d’adaptation pour les personnes ayant un handicap

    Le budget ne renferme aucun financement supplémentaire à cet égard, ni de mesures visant à améliorer l’accès aux emplois ou à la formation. En fait, la seule mention des mesures d’adaptation dans le budget est une brève référence à un projet de loi en matière d’accessibilité. L’AFPC est déçue qu’aucun programme ou financement n’ait été annoncé, ce qui laisse les personnes ayant un handicap en plan.

    Enjeux de la communauté LGBTQ

    Le gouvernement a annoncé la mise sur pied d’un secrétariat LGBTQ2 au sein du Bureau du Conseil privé (BCP), assortie d’une subvention de 3,6 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2017-2018. Ainsi, BCP sera en mesure d’appuyer les initiatives du gouvernement portant sur les enjeux de la communauté LGBTQ2. Le nouveau secrétariat aidera le conseiller spécial du premier ministre dans l’exécution de son mandat : offrir des conseils sur l’élaboration et la coordination des initiatives du gouvernement concernant les enjeux liés à la communauté LGBTQ2.

    Le gouvernement fédéral a également veillé à ce que les familles LGBTQ et les célibataires soient admissibles à un allègement fiscal concernant les technologies reproductives. Il s’agit de la même réduction d’impôt qui auparavant était réservée aux personnes ayant des problèmes de stérilité. Ladite réduction s’appliquera à partir de 2007.

    L’AFPC salue ces annonces, qui constituent une première étape importante dans l’avancement des droits de la communauté LGBTQ.

    Peuples autochtones

    Le budget 2017 propose quelques nouveaux financements pour les communautés des Premières Nations et les peuples autochtones (voir Budget 2017 et Peuples autochtones).

    Sujets: 

    Éditeur: 

    Embedded Image: 

    Les mains
    Image Placement: 
    Top Right Half

    0 0

    PSAC’s 2017 National Equity Conference was held last March in Toronto, where delegates from five equity groups held workshops, passed resolution and elected delegates to PSAC’s Triennial Convention.

    Here are some photos from the event.

    For more photos from the conference, please visit our Flickr gallery.

     

    Anglais

    Photo: 

    2017 National Equity Conference: Photos from plenary sessions
    2017 National Equity Conference: Photos from plenary sessions
    2017 National Equity Conference: Photos from plenary sessions
    2017 National Equity Conference: Photos from plenary sessions
    2017 National Equity Conference: Photos from workshops
    2017 National Equity Conference: Photos from workshops
    2017 National Equity Conference: Photos from workshops
    2017 National Equity Conference: Photos from workshops
    2017 National Equity Conference: From the photo booth
    2017 National Equity Conference: From the photo booth
    2017 National Equity Conference: From the photo booth
    2017 National Equity Conference: From the photo booth

    Sujets: 

    Éditeur: 

    Audience: 

    Publication Date: 
    Mardi 2 Mai 2017 - 13h45

    0 0

    Les Conférences nationales Équité de l’AFPC 2017 ont eu lieu en mars, à Toronto. Des représentantes et représentants des cinq groupes d’équité ont participé à des ateliers, adopté des résolutions et élu des personnes déléguées au Congrès triennal de l’AFPC.

    Voici quelques photos de l’événement.

    Pour d’autres photos des Conférences, regardez notre album sur Flickr.

     

    Français

    Photo: 

    Conférences nationales Équité 2017: Lors des séances plénières
    Conférences nationales Équité 2017: Lors des séances plénières
    Conférences nationales Équité 2017: Lors des séances plénières
    Conférences nationales Équité 2017: Lors des séances plénières
    Conférences nationales Équité 2017: Aux ateliers
    Conférences nationales Équité 2017: Aux ateliers
    Conférences nationales Équité 2017: Aux ateliers
    Conférences nationales Équité 2017: Aux ateliers
    Conférences nationales Équité 2017: Dans la cabine photographique
    Conférences nationales Équité 2017: Dans la cabine photographique
    Conférences nationales Équité 2017: Dans la cabine photographique
    Conférences nationales Équité 2017: Dans la cabine photographique

    Sujets: 

    Éditeur: 

    Audience: 

    Publication Date: 
    Mardi 2 Mai 2017 - 13h45

    0 0

    Since it was launched on November 30, 2016, the Joint Union/Management Task Force on Diversity and Inclusion in the Public Service has met with the following to learn about opportunities, challenges and best practices:

    • over 20 stakeholder groups representing 16 departments and agencies across the federal public service
    • representatives from 15 private sector companies
    • representatives from two provincial jurisdictions

    The Task Force has also directly engaged employees through the following:

    • an online survey distributed to 30 departments and agencies
    • discussion forums planned with 19 employee networks and communities of practice across the country

    The Task Force’s mandate is to:

    • define diversity and inclusion in the public service
    • establish a case for diversity and inclusion
    • develop a framework and action plan to strengthen diversity and inclusion in the public service

    This progress update outlines the Task Force’s key observations that will shape a framework and action plan to address the Task Force’s work before it issues its final report in fall 2017.

    Sujets: 

    Éditeur: 


    0 0

    Depuis son lancement le 30 novembre 2016, le Groupe de travail conjoint syndical-patronal sur la diversité et l’inclusion dans la fonction publique a rencontré les personnes suivantes afin d’apprendre quelles sont les possibilités, les difficultés et les pratiques exemplaires :

    • plus de 20 groupes d’intervenants représentant 16 ministères et organismes de l’ensemble de la fonction publique fédérale
    • des représentants de 15 entreprises du secteur privé
    • des représentants de deux administrations provinciales

    Le groupe de travail a également mobilisé les employés directement par les moyens suivants :

    • un sondage en ligne qui a été diffusé à 30 ministères et organismes
    • des groupes de discussion planifiés avec 19 réseaux d’employés et communautés de pratiques de partout au pays

    Le groupe de travail a pour mandat de remplir les fonctions suivantes :

    • définir la diversité et l’inclusion dans la fonction publique
    • justifier la diversité et l’inclusion
    • élaborer un cadre et un plan d’action afin de renforcer la diversité et l’inclusion dans la fonction publique

    Dans ce bilan des progrès, les auteurs soulignent les principales observations qui façonneront un cadre et un plan d’action permettant d’aborder le travail du groupe de travail avant que ce dernier publie son rapport final à l’automne 2017.

    Sujets: 

    Éditeur: 


    0 0

    13.Child care: making it a reality

    Child care is the ramp to women’s equality. PSAC sisters were instrumental in making child care an election issue. Now we have to ensure that the federal government and the provincial and territorial governments make this a reality. This workshop will provide hands-on tools and training for effective lobbying and help participants develop convincing arguments. Together, we can transform our vision for child care into a reality for all families, in all communities across the country.

    Handouts

    14.Can work be safe when home isn’t?

    This workshop will look at the groundbreaking survey that was done for the Canadian Labour Congress on the ramifications of domestic violence in the workplace. We will discuss how domestic violence impacts PSAC members, and what the union can do to better support our sisters. We will examine model language that can be bargained and innovative law reform initiatives that we can advocate with our provincial and federal governments.

    Handouts

    15.Promoting women’s leadership

    Women make the union strong! Are you looking to make a difference for women in the union? This course offers union women an opportunity to develop and enhance their leadership skills, find their voice and ignite the spark to take on further challenges. Participants will build their knowledge in a variety of current and emerging labour issues, and explore ways of building their skills to become a candidate or support diverse, progressive women running for various levels of leadership.

    Handouts

    16.The economic empowerment of women at work

    In March 2017, the United Nations Commission on the Status of Women will be discussing this theme, focusing on women and work for the very first time. This workshop will explore the different issues that impact women at work, in all our diversity. Participants will learn about international human rights that protect them as workers, and they will be invited to contribute their ideas to what the PSAC’s agenda should be on these issues.

    Handouts

    Sujets : 

    Éditeur: 

    Audience: 

    Publication Date: 
    Jeudi 27 Juillet 2017 - 13h15

    0 0

    13. Services de garde : du souhait à la réalité

    Les services de garde contribuent à l’égalité des femmes. Grâce aux consoeurs de l’AFPC, cette question est devenue un enjeu électoral. Maintenant, il faut s’assurer que le gouvernement fédéral, ainsi que les administrations provinciales et territoriales, réalisent ce projet. Cet atelier propose des outils concrets et une formation pour mener des actions de lobbying efficaces et aider les participantes à élaborer des arguments convaincants. Ensemble, nous pouvons faire en sorte que notre vision des services de garde devienne réalité pour les familles partout au pays.

    Tirés à part

    14. Peut-on être en sécurité au travail quand on ne l’est pas à la maison ?

    Cet atelier traite du sondage sans précédent mené par le Congrès du travail du Canada sur les répercussions de la violence conjugale au travail. On discute de l’impact de la violence conjugale sur les membres de l’AFPC et des mesures que le syndicat peut prendre pour améliorer le soutien qu’elle offre aux consœurs. On examine aussi un modèle de revendication contractuelle et des mesures législatives à présenter à nos gouvernements.

    Tirés à part

    15. Promouvoir le leadership des femmes

    Les femmes sont la force du syndicat ! Souhaitez-vous jouer un rôle déterminant auprès des femmes du syndicat ? Ce cours permet aux militantes syndicales d’acquérir des compétences en leadership et de parfaire celles qu’elles possèdent déjà, de trouver leur voix et de relever d’autres défis. Il leur donne aussi l’occasion d’en apprendre davantage sur divers enjeux actuels et émergents liés au mouvement syndical. Enfin, les participantes découvriront des moyens de perfectionner leurs compétences pour se porter candidate à un poste de direction ou appuyer la candidature d’autres femmes progressistes issues de milieux divers.

    Tirés à part

    16. Autonomisation économique des femmes au travail

    La prochaine rencontre de la Commission de la condition de la femme de l’ONU, en mars 2017, portera sur ce thème, axé pour la première fois sur les femmes et le travail. Cet atelier se penche sur les divers enjeux qui touchent les femmes au travail, dans toute leur diversité, et sur les droits internationaux qui les protègent en tant que travailleuses. On invite aussi les femmes à faire valoir leurs idées quant au programme que devrait adopter l’AFPC sur ces questions.

    Tirés à part

     

    Sujets : 

    Éditeur: 

    Audience: 

    Publication Date: 
    Jeudi 27 Juillet 2017 - 13h15

older | 1 | (Page 2) | 3 | 4 | newer